Nous localiser

Localiser les Meubles DOUDARD

     
Page précédente

LEXIQUE

LEXIQUE

A

Acanthe. Plante d'Europe méridionale dont la feuille caractéristique, large, longue et très découpée, entre dès l'Antiquité dans la composition de nombreux motifs de décoration, tant pour l'architecture que pour les arts décoratifs, le mobilier entre autres. Réemployé à la Renaissance, le motif " en feuille d'acanthe " est utilisé sous des formes diverses tant au XVII qu'au XVIII siècle à travers les styles classiques ou baroques.

Accoudoir. Partie garnie du dossier des voyelles et des voyeuses.

Alcôve. Emplacement dans lequel on dresse un lit qu'on peut dissimuler à l'aide de rideaux ou de portes.

Appui. (meubles à hauteur d'). Qualifie un meuble sur lequel une personne debout peut s'appuyer.

Arbalète. (en ou en arc d'). Profil d'un type de commode né sous la Régence, créé par Cressent, dit-on, qui présente une ligne en courbe et contre courbe évoquant la forme d'un arc d'arbalète ou une sorte d'accolade.

Argentier. Meuble vitrine qui permet d'exposer des objets de collections à l'abri de la poussière! Les étagères sont en verre et un éclairage peut-y être installé.

Armoire. Meuble apparu à la fin du XIIIe siècle, l'armoire remplace le coffre des nomades. La population se sédentarisant, les familles ont eu besoin de meubles de rangements plus grands. Ainsi l'armoire fit son apparition dans la pièce unique de la maison.
En Normandie, l'armoire renfermait le linge et surtout le bas de laine jalousement gardé par la maîtresse de maison.

Armoire Normande. La coutume voulait qu'à chaque naissance d'une fille, le père abatte le plus beau des chênes. Il le laissait détanner plusieurs années sous la pluie puis l'abritait pour un long séchage. Jusqu'au jour où la fille était demandée en mariage. Le père ou l'artisan se mettait alors à l'ouvrage pour transformer les plots en armoire. En général l'armoire était la dote de la mariée.

Aronde (queue d'aronde). Une queue d'aronde se compose d'un tenon en forme de trapèze et d'une rainure de même forme. Cette appellation a été donnée car la forme trapézoïdale de la pièce ressemble à une queue d'hirondelle appelée également aronde.
L'assemblage à queues d'aronde est surtout utilisé pour le montage des tiroirs.

Artisan. C'est un travailleur manuel. Il travaille pour des particuliers. L'artisan travaille seul, en famille ou avec des compagnons.

Assemblage. Procédé par lequel on joint les divers extrémités des pièces de bois composant les bâtis ou les encadrements des meubles pour former un tout.

Aubier. Partie jeune d'un arbre situé sous l'écorce. L'aubier est constitué par les dernières couches annuelles de bois encore vivant et de teinte plus claire que le coeur.

 

 

B

Bahut. Au moyen âge le bahut était un grand coffre de voyage à dessus bombé. Aux XVIIIe et XIXe siècles, il servait à ranger les vêtements, les tapisseries et la vaisselle.
L'expression transbahuter indique bien sa fonction pour des déplacements fréquents.
Aujourd'hui le mot "bahut" désigne un meuble de rangement en bois massif.

Baldaquin. Dais (cadre de tissu tendu) placé au-dessus d'un lit ou d'un siège (trône généralement) d'où tombent les courtines.

Balustre. Qualifie une forme en pilier vertical dont le renflement varie avec Ies styles. S'applique aux piétements des sièges, aux consoles, aux consoles d'accotoirs et au support des plateaux des tables.

Baroque. En matière de style recouvre la période qui s'étend de la fin de la Renaissance au néoclassicisme (1770 env.). S'oppose au classique. Étymologiquement le mot a pour origine un terme portugais " barroco " s'appliquant à des perles irrégulières. Le style baroque se caractérise par sa profusion décorative, son recours systématique à la courbe et à l'asymétrie.

Bec de corbin. Moulure fortement saillante dont le profil rappelle celui du bec de corbeau.

Bergère. Fauteuil inventé en France au XVIIIe siècle. La bergère est un siège large et profond qui se compose d'un dossier dont les montants latéraux descendent vers les accotoirs et dont le siège est en général garni d'un coussin amovible.

Bibliothèque. A partir de 1750, la bibliothèque est présente dans tous les intérieurs bourgeois. Pour la rendre fonctionnelle on la divisera en deux corps : Celui du bas recevra les ouvrages les plus volumineux et les plus lourds; il sera à vantaux pleins. Le corps supérieur (vitré) renfermera les ouvrages plus facile à manipuler ; ainsi vitrée cette partie sera plus une vitrine d'exposition montrant les belles reliures.

Billot. Meuble que l'on trouvait généralement chez l'artisan Boucher puisque le billot servait à découper les pièces de viande.

Boiserie. (meuble de). Qualifie un meuble intégré à l'ensemble des lambris et dont le piétement prend la forme d'une plinthe assortie à celle des lambris.

Bonheur-du-jour. Le bonheur du jour doit son nom au succès qu'il connut du jour au lendemain à son apparition, vers 1760. C'est un meuble de dame qui sert à la fois de table et de secrétaire.

Bonnetière. Elle était utilisée pour ranger les coiffes de la maîtresse de maison ainsi que celles de ses filles. Toutefois, la bonnetière n'avait pas la même place dans le cœur de la famille que l'armoire.

Buffet. Au moyen âge, le buffet était une ouverture laissée dans la maçonnerie, que l'on avait garnie de planches et d'un vantail. Ce buffet encastré se situait dans la pièce principale soit la chambre à coucher!
Aujourd'hui le buffet peut être bas ou à deux corps. On y range la vaisselle, les couverts, la verrerie...

Bureau. "bureau" vient de "bure" qui au Moyen Age désignait une étoffe de laine. Ce tissu commun et grossier grâce à sa solidité était employé à l'époque pour couvrir les tables où l'on établissait les comptes et les parchemins.
A l'origine, c'était donc un tapis de table fait de bure; ce tapis s'appellera dés le XIV siècle un "bureau" et au XV siècle ce sera le meuble recouvert d'un drap vert qui prendra le nom de "bureau".
Il faut remarquer que ce meuble pouvait aussi bien être un banc, un coffre ou une table; c'était le fait d'être recouvert d'un tapis qui lui conférait le nom de "bureau".

 

 

 

C

 

 

Cabriolet. Fauteuil français Inspiré par les Louis XV et Louis XVI. Sa structure en bois doré ou laqué et légère et élégante. Le cabriolet se compose d'un dossier concave et d'une assise rembourrée.
Il doit son nom a une petit calèche du XVIIIe siècle au dossier en forme de hotte!

Canapé. C'est une invention de l'époque Louis XIV. Le canapé atteint son apogée sous Louis XV qui demande aux ébénistes de les assortir aux fauteuils.

Cannage. L'assise cannée est garnie de treillis (Motif décoratif composé de lignes entrecroisées régulièrement.) faits de lanières d'écorce de rotin selon un dessin géométrique.

Cannelures. Ce sont les rainures verticales sculptées sur la hauteur d'un montant.

Capiton. Garniture de siège embourrée et piquée, garnie de petits boutons à l'endroit des piqures. Fort à la mode sous Louis- Philippe et la seconde partie du XIX siècle.
Cartouche. Surface aux contours variés, délimitant un espace dans lequel s'inscrivent des décors et des chiffres.

Carquois. Étui à flèches. Le carquois faisait partie de l'équipement du tireur à l'arc, du chasseur et du guerrier. Il figure dans la grammaire décorative de la sculpture.

Ceinture. Traverse entourant le dessous d'un plateau de table.

Chaise. A l'origine la chaise était un privilège réservé aux personnes de haut rang. Les gens du peuple utilisaient le coffre, le banc ou le tabouret.
C'est à la renaissance que la chaise entre dans les maisons les plus aisées et ce n'est qu'au XVIIIe siècle qu'elle devient un meuble populaire.

Chanfreiner. Enlever l'arête vive d'une pièce de bois en la rabotant à un angle de 45°.

Chantourné. Qualifie une forme ou un profil fait de courbes et de contre-courbes.

Chapeau (corniche en chapeau de gendarme). Pièce du meuble qui est cintrée dont la forme rappelle celle du chapeau napoléonien.

Chauffeuse. Fauteuil a assise basse caractérisé par un dossier haut, des pieds droits et une assise rembourrée. La chauffeuse fait son apparition au XVIe siècle pour se reposer et discuter au coin du feu.

Chêne. Le mot chêne trouve son origine chez les celtes "kaerquez" qui signifie "bel arbre". Le chêne est le roi des arbres, il représente la force et la pérennité.

Chevet. Pour les lits, panneau du châlit plus élevé que le panneau du pied.

Chevet (table de). Petite table portative inventée au milieu du XVII siècle, destinée à la chambre.

Cheville. Petit morceau de bois tronconique qui sert à maintenir l'assemblage dit à tenon et mortaise.

Chevillage. Pendant la phase de montage: pose des chevilles.

Chiffonnier. Petit meuble à tiroirs superposés inventé dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Le chiffonnier était utilisé par les élégantes pour ranger leurs effets personnels: travaux d'aiguille, bijoux, courrier...

Cire d'abeille. Cire naturelle utilisée pour l'encaustiquage des meubles.

Ciseau à bois. Outil à lame biseautée et tranchante montée sur un manche en bois qui sert à découper et sculpter le bois.

Ciselé. Travaillé au ciselet, sorte de petit burin.

Coffre. C'est le meuble le plus ancien et un des rares meubles du Moyen Age. Il servait à l'époque de siège, de table, d'armoire et parfois même de lit.

Coiffeuse. Petite table de toilette munie de tiroirs et d'une glace, devant laquelle les femmes se coiffent et se maquillent.

Col de cygne. Motif décoratif antique repris sous le Directoire, l'Empire et la Restauration notamment pour les accotoirs des sièges ou pour les têtes et pieds de lits.

Commode. Meuble bas de rangement, à tiroirs superposés. La commode est apparue au XVIIe siècle.

Confiturier. Petit meuble régional qui servait à conserver les pots de confiture.

Console. Apparue au XVIIe siècle, la console est un petit support mobile que l'on applique contre un mur et sur lequel on dépose un vase, une statue, une pendule...

Coquille. L'enveloppe calcaire du coquillage, notamment de la coquille Saint-Jacques, traitée au naturel, a été utilisée en guise de motif décoratif depuis l'antiquité; ce motif a trouvé son plus grand emploi lors du triomphe du rocaille sous le règne de Louis XV, arborant à ce moment une forme asymétrique et déchiquetée.

Corniche. Moulure formant le couronnement d'une façade de meuble.

Corps. Partie principale d'un meuble d'où sont exclus le piétement, la corniche ou le fronton.

Crémaillère. Système permettant à l'aide de tasseaux de régler la hauteur des tablettes ou étagères.

Crosse (forme en). Synonyme de volute.

Cylindre. Couvercle incurvé composé de lattes coulissantes ou rigides équipant certains bureaux à partir de la fin du règne de Louis XV

 

 

 

D

 

Défonceuse. Machine à bois qui entaille le bois pour réaliser des mortaises, des rainures, des moulures...

Dégauchir. Redresser à l'aide d'une dégauchisseuse une pièce qui aurait été déformée par des traitements thermiques, physiques ou mécaniques.

Dégauchisseuse. Machine-outil pour dégauchir les faces d'un panneau.

Demi-lune. Forme en demi-cercle appliquée à des tables, à des consoles mais aussi à des commodes et à des meubles d'entre- deux d'époque ou de style Louis XVI notamment.

Doucine. Moulure formée de deux portions de cercle l'une concave et l'autre convexe. La concave occupe la partie supérieure et la partie convexe inférieure. Dans une doucine renversée c'est le contraire.

Draperies. Motif décoratif en forme d'étoffes tombant en plis, utilisé dans les styles néoclassiques, dans le Louis XVI notamment.

Duramen. Zone centrale de l'arbre hors aubier.

 

E

 

 

Ébéniste. Travailleur manuel qui fabrique des meubles uniquement. Il fait appel à des techniques de menuiserie, de marqueterie, de tabletterie...

Ébénisterie. Atelier dans lequel l'artisan ébéniste transforme les plots de bois en meubles.

Écritoire. Petit meuble conçu pour écrire assis ou debout.

Empire (style empire). Style de meubles fabriqués pendant la période Empire en France de 1804 à 1814, c'est à dire le règne de Napoléon Ier.

Encoignure. Nom donné aux meubles que l'on place dans des angles. Les encoignures sont apparues au début du XVIIe siècle et connurent un vif succès vers le milieu du même siècle. Les encoignures étaient souvent surmontées d'un gradin, sorte d'étagère pyramidale sur laquelle on exposait des objets de valeur.

Écritoire. Petit meuble à écrire généralement équipé d'un pupitre et d'un caisson permettant de ranger le matériel destiné à cet effet.

Encoignure. Petit meuble destiné à prendre place à l'angle de deux panneaux muraux, en forme de coin. Se présente à partir du XVIII siècle, souvent par paire.

Encadrement. Bordure servant d'entourage à des meubles ou des panneaux de meubles.

Enroulements. Motifs décoratifs formés de volutes en spirales.

Entrée de serrure. Plaque de métal (cuivre, bronze ou fer forgé) couvrant l'entourage de l'ouverture où l'on introduit la clé.

Entrelacs. Ornements formés de feuilles, rinceaux et fleurs formant des lignes courbes se croisant et s'enchevêtrant. On désigne aussi sous le nom d'entrelacs des motifs formés de combinaisons de lignes brisées et de lignes courbes. Les entrelacs sont particulièrement utilisés dans le style Renaissance, puis néo Renaissance en vogue sous le Second Empire.

Entretoise. Pièce de métal ou de bois réunissant pour les consolider les pieds d'un meuble.

Escargot (pied en). Pied d'une commode, d'un siège ou de tout autre meuble d'époque ou de style Louis XV dessinant la coquille de l'escargot.


 

 

F

 

Fauteuil. Le fauteuil figure dans le mobilier de toutes les grandes civilisations: il était le symbole de l'autorité et du prestige (en référence au trône royal).

Ferrure. Ensemble des pièces métalliques fixées sur le meuble: charnières, entrées de clés, poignets de tiroirs...
Elles sont aussi communément appelées "quincaillerie".

Feuille. Traitée au naturel ou stylisée, la feuille figure en bonne place dans tous les répertoires ornementaux.

Fil. Sens des fibres du bois.

Filet. Moulure généralement carrée séparant deux éléments décoratifs.

Fleurette. Motif décoratif " au naturel " ou stylisé utilisé par presque tous les styles.

 

 

 

G

 

Galbé. Qualifie un élément du meuble dont la forme est chantournée.

Galerie. Sorte de petite bordure ou grille basse de bois ou de cuivre ajouré entourant les plateaux des tables et des secrétaires en particulier sous Louis XVI.

Gigogne. Se dit d'une table généralement petite dont la forme de plus en plus réduite se répète en plusieurs exemplaires.

Godron. Motif d'ornementation en forme de moulure ovale ou de cannelure en relief utilisé au XVII siècle.

Gond. Pièce de fer coudée en équerre sur laquelle pivotent les ferrures d'une porte.

Gouge. Outil, genre de ciseau dont le tranchant est curviligne. Suivant l'importance de la courbure du tranchant, la gouge est dite "creuse", "demi-creuse" ou "méplate"; les gouges dites "coudées" sont cintrées dans le sens de leur longueur pour faciliter l'exécution de certains travaux particuliers.

Guéridon. Petite table au plateau rond porté par une colonne centrale supportée par un piétement généralement tripode.

 

 

H

 

Homme Debout. A l'origine l'homme debout était une petite armoire très haute à une seule porte. Selon la légende, ce meuble servait de cachette pendant la révolution pour échapper aux soldats: un homme debout pouvait y loger.

Horloge. C'est pour donner l'heure aux gens d'églises que l'horloge mécanique a été inventée.
Au départ cette horloge mécanique était l'a-page des riches communautés religieuses, des rois, des princes et des villes commerçantes.

Horloge comtoise. Elle est apparue au XVIIe siècle en Franche-Comté dans le jura. Cette ouvrage était réalisé dans les fermes, surtout l'hiver lorsque la neige recouvrait la terre qui était alors incultivable.

Huche à pain. Coffre fermé sur le dessus par un abattant.

 

I

 

Indiscret. Canapé né sous le Second Empire à trois places séparées et fixées à un axe central.

 

 

 

L

 

Laiton.  Alliage de cuivre et de zinc. Le laiton est utilisé pour la fabrication de ferrures qui ornent les meubles.

Liseuse. Petite table équipée d'un pupitre à chevalet née dans la seconde partie du XVIII siècle.

Losange. Motif ornemental géométrique utilisé en incrustations ou marqueteries, en particulier sous le règne de Louis XVI, le Directoire et la Restauration.

Lutrin. Pupitre de lecture, né au XVII siècle, supporté par un piétement tripode se poursuivant par un fût central; destiné à recevoir les imposants livres de prières.

Lyre. ornement décoratif de la forme de l'instrument de musique, utilisé dans les styles néoclassiques. Certains dossiers de sièges, notamment Louis XVI, présentent également cette forme.

 

 

M

 

Maie. Meuble campagnard utilisé pour la conservation de la farine et la fabrication du pain.

Maillet. Il s'agit d'un marteau entièrement fabriqué en bois. Il est utilisé par exemple par le sculpteur pour frapper sur l'outil. Le maillet est façonné dans des bois durs tels que le charme, le frêne ou le cormier.

Manchette. Petit coussin rembourré garnissant les accotoirs.

Massif (bois). Par opposition à bois de placage.

Médaillon. Motif ornemental circulaire ou ovale, sculpté de décors divers; en usage dans les styles Renaissance et néoclassiques.

Médaillon (dossier). Qualifie les dossiers ovales de certains sièges Louis XVI.

Merisier. C'est un bois plus tendre que le chêne. Il tient son originalité de sa couleur rouge. Le merisier se répand naturellement dans la forêt. Il peut atteindre une taille de 30 mètres car en forêt il s'élève pour chercher la lumière.

Meuble d'appui. Il s'agit d'un meuble dont la hauteur permet à une personne d'y appuyer le coude.

Meublant. S'applique à des meubles destinés à rester à une place fixe par opposition aux meubles volants susceptibles d'être déplacés.

Meubles de milieu. Voir à " entre deux ".

Meuble à hauteur d'appui. Voir à " appui "

Montants. Pièces verticales de l'ossature d'un meuble. 

Mortaise. Il s'agit d'une entaille qui est faîte dans une pièce de bois pour recevoir le tenon d'une autre pièce qui doit s'assembler avec elle.

Moulure. Ornement en saillie ou creux. Carrée ou ronde la moulure décore les ouvrages d'ébénisterie.

 

O

 

Ogive. Voûte ou arcade composée de deux portions d'arcs égaux se coupant à angle aigu, employée au Moyen Age, reprise dans le style troubadour ou néogothique.

Oreilles. Dans un fauteuil " en confessionnal ", panneaux embourrés ou matelassés perpendiculaires au dossier fixés à hauteur de tête.

Origine (d'). Synonyme d'époque, du moment de la construction du meuble, qui n'a été ni réparé, ni restauré.

Ornemaniste. Nom employé aux XVII et XVIII siècles pour désigner un dessinateur- décorateur-ensemblier.

Orphelin. Se dit d'un siège (chaise ou fauteuil) ou d'une encoignure, d'un meuble d'appui ou d'entre-deux unique, qui a perdu son pendant.

Os de Mouton. Forme de piétement en volutes et contre volutes prononcées. Souvent utilisé pour les sièges Louis XIII et Louis XVI.

Ossature. Synonyme de bâti ou de structure. Partie constituant la charpente du meuble où viennent se fixer les panneaux, sièges ou dossiers.

Oves. Motif ornemental affectant la forme d'un œuf, le plus souvent utilisé dans les frises en alternance avec des languettes, des dards aigus ou des feuilles d'eau. Fréquemment employé dans les styles classiques, Renaissance et Louis XVI notamment.

 

 

P

 

Panneau. Surface de bois massif constituant la façade, le dos, les côtés et le fond des meubles.

Palmette. Motif d'ornementation formé de petites palmes employé dans divers styles néoclassiques, sous la Restauration notamment. Souvent les palmettes sont inscrites dans une courbe ogivale se composant de plusieurs tiges recourbées, cinq ou plus, reliées par une sorte d'agrafe; la partie inférieure s'enroule en rinceaux.

Panneau. Surface de bois massif ou de placage constituant la façade, le dos, les côtés et les fonds des meubles.

Par-close. Ensemble des traverses horizontales et verticales encadrant un panneau de bois.

Parquetage. Action de renforcer un panneau en le garnissant au dos de traverses.

Patine. Aspect extérieur d'un meuble ou d'un accessoire donné naturellement (ou artificiellement) par l'usage, le polissage, l'oxydation et autres agents chimiques naturels. Preuve d'une origine ancienne et élément valorisant, les patines sont parfois accentuées, voire créées par des antiquaires ou des brocanteurs peu scrupuleux.

Patine antiquaire. Vieillissement du meuble par des trous, des coups, des galeries de vers, des joints ouverts...

Plate-bandes (panneau à plates-bandes). Partie amincies des panneaux s'encastrant dans une ossature de meuble ou de porte.

Pendant. S'applique à chacun des meubles, objets ou tableaux conçus pour former, par paire, un ensemble symétrique. Les meubles formant pendants sont le plus souvent des meubles d'appui, meubles d'entre-deux, encoignures, consoles, commodes, etc..

Pentures. Bandes de métal, généralement en fer forgé, renforçant l'assemblage des panneaux de bois. Les pentures étaient surtout utilisées au Moyen Age, lorsque les assemblages étaient précaires, le plus sou- vent à joints vifs.

Perles (rang de). Motif décoratif composé d'une suite de petites boules sphériques ou ovoïdes rappelant les perles; en usage dans les styles néoclassiques.

Piétement. Désigne les entretoises, traverses et pieds d'un meuble.

Placage (bois de). Par opposition au bois massif, mince feuille de bois ou d'autre matière destinée à recouvrir une surface faite d'un matériau moins noble et plus solide.

Plateau. Panneau horizontal d'un meuble (tables, commodes, secrétaires, buffets bas) servant à poser des objets.

Poignée de tiroir (ou de tirage). Objet fixe ou mobile généralement en métal (fer, cuivre ou bronze) disposée pour être tenue la main serrée.

Psyché. Miroir dans un cadre monté sur pivot; né sous le règne de Louis XVI et très usité sous l'Empire et la Restauration.

Pupitre. Petit meuble présentant un plan incliné destiné à recevoir un livre ou du papier. Certains pupitres sont équipés de systèmes à crémaillère permettant de faire varier l'angle d'inclinaison du plateau.

Q

 

Queue d'aronde. voir définition aronde.

 

R

 

Rainure. Moulure creuse et fine.

Rais-de-cœur. Motif décoratif néoclassique en forme de cœur, composé de fleurons alternant avec des feuilles d'eau.

Réchampi. Méthode de teinte utilisée pour faire ressortir les moulures et/ou les sculptures en les teintant d'une couleur différente.

Rechampir. Pour les décors peints, détacher certaines lignes ou surfaces du fond en accentuant le trait ou l'opposition des couleurs. Cette opération s'effectuait souvent sur les sièges du XVIII siècle.

Relief. Voir " Moyen relief ".

Rembourré (ou embourré). Garni de touffes de crins ou de morceaux de tissus.

Restauration. Réparation (reconstitution) exécutée dans l'esprit de l'époque où a été créé le meuble.

Rinceau. Motif ornemental composé de tiges fleuries disposées par enroulement; traités de différentes manières, les rinceaux ont été utilisés à toutes les époques.

Rocaille. Qualifie le style Louis XV caractérisé par les enroulements, les courbes et contre-courbes, l'asymétrie et l'exubérance des sculptures.

Rognon. Petite table de salon née au XVIII siècle en forme de haricot ou de rein; synonyme de

" en haricot ".

Ronde bosse. Procédé de sculpture où la figure n'est plus reliée à aucune surface et peut être regardée sous tous les angles.

Rosace. Motif décoratif circulaire en forme de rose ou d'étoile à plusieurs branches.

Rotin. Tige d'un arbrisseau utilisée d'abord pour tresser des fonds à des sièges ou des plateaux de table. Sous le Second Empire, ce sont de petits meubles de jardin légers qui sont entièrement réalisés en rotin.

Rubans (nœuds de). Motif décoratif néoclassique.

 

 

 

 

S

 

Sabot de biche. Motif décoratif en forme de sabot fourchu qui termine les pieds de certains types de sièges. Le sabot peut être sculpté en plein bois ou exécuté en bronze pour chausser l'extrémité du pied.

Salon. Ensemble de sièges composé de plusieurs chaises, de fauteuils par paires et d'un ou plusieurs canapés.

Sculpteur. Artiste qui sculpte le bois pour décorer le meuble

Sculpture. Art de tailler le bois avec divers outils.

Secrétaire. Le secrétaire ou "secrétaire en armoire" est apparu au milieu du XVIIIe siècle, c'est un des meubles les plus caractéristiques du style Louis XVI.

Semainier. Petit meuble de rangement à sept tiroirs né dans la seconde partie du XVIII siècle.

Sofa. Siège à plusieurs places, au dossier muni de joues rembourrées, né au XVII siècle.

 

T

 

Table. La table fut de tout temps destinée aux usages les plus divers: repas, jeu, travail ou simplement d'apparat.

Tablette d'entrejambe. Plateau d'une petite table situé à la partie inférieure reliant les quatre pieds, consolidant le piétement et permettant de poser des objets.

Tasseau. C'est une pièce de bois servant de reposoir à un autre élément. Pour nous les tasseaux servent de cales aux étagères montées sur crémaillères.

Tenaille (en). (pour les sièges). Synonyme de sièges en X.

Tenon. Extrémité d'une pièce de bois découpée en parallélépipède rectangle afin de se loger parfaitement dans la mortaise taillée dans la pièce à laquelle elle doit être assemblée. On parle alors d'assemblage "à tenons et mortaises".

Tirettes. Tablettes mobiles équipant certaines tables.

Toupie (en). Forme triangulaire caractéristique de certains pieds de meubles Louis XVI.

Tourné. Moulure perpendiculaire à l'axe d'une pièce de bois à l'aide d'un tour.

 

 

V

 

Vaisselier. Meuble de province constitué d'un bahut surmonté d'étagères (ou dressoir) sur lesquelles on expose la vaisselle. Ses sculptures varient selon les régions.

Velours. Étoffe à laquelle vient s'ajouter un fil de trame (ou de chaîne supplémentaire) qui forme une peluche velue. Le velours frappé est écrasé localement et le velours ciselé associe le velours bouclé et le velours coupé.

Vernis. Liquide à base d'alcool (ou d'essence de térébenthine) d'huile de lin, de gomme et de colophane destiné à protéger le bois ou tout autre matériau.

Verre peint (églomisé). Procédé décoratif diffusé au XVIII siècle par l'encadreur pari- sien Jean-Baptiste Glomy; consiste à appliquer au revers d'un verre (sous-verre) une peinture à froid associée à des fonds brillants - argent ou or - et à du vernis noir.

Vitrine. Meuble dont les portes sont garnies de vitres de manière à permettre l'exposition des objets précieux sans qu'on puisse les toucher. Elle fait son apparition au XVIII siècle. C'est le meuble de parade par excellence qui tient la meilleure place dans tous les salons.

Volute (pieds volutes). Ornement formé d'un enroulement en spirale (style Régence).

Voltaire. Fauteuil crée vers 1830 et baptisé du nom du philosophe français. Le voltaire présente un haut dossier rembourré, une profonde assise et des accoudoirs pourvus de manchettes.


Rejoignez Meubles DOUDARD sur Facebook Suivez nous sur Twitter Abonnez-vous à notre chaine Meubles DOUDARD Contacter Meubles DOUDARD Localiser Meubles DOUDARD
MEUBLES DOUDARD SAS
5 rue du Mont Saint Michel - 50640 LE TEILLEUL
MEUBLES DOUDARD SAS - SIRET : 39352779100023 - NAF : 1629Z - N° TVA : FR71393527791
02 33 59 33 70
Meubles en bois massif Solid wood furniture Massivholz möbel Mobili in legno massiccio Muebles de madera maciza
Mon Compte | Conditions Générales | Informations Légales | ABC DEv. 1.6.8
Réalisé par  ABC IDEA
Avis Client
Une satisfaction clients notée en moyenne
4,88 / 5
sur 8 avis
.